< Retour News

DOCS
> Le rapport Corbett - Mendez de Vigo qui évalue pour le Parlement Européen le projet de Constitution Européenne (1-12-2004).
(Téléchargement - pdf - 620 Ko)

ARCHIVES

25 janvier 2007
"Zweite Halbzeit" im Europaparlament


13 novembre 2006
Conférence de Presse sur l'avenir du traité constitutionnel.


Octobre 2006
Interview de Lydie Polfer sur la Constitution Européenne au journal Lëtzebuzerger

8 avril 2005

Extrait d'un communiqué
de Lydie Polfer
sur la Constitution Européenne

15 décembre 2004
Négociations d'adhésion de la Turquie :
oui au rapport "Eurlings"

18 novembre 2004
Commision Barroso

27 octobre 2004
Communiqué de Presse sur le report de l'investiture de la Commission Barroso.

11 janvier 2005
CONSTITUTION EUROPÉENNE
Déclaration écrite
de Lydie Polfer
sur le traité établissant
une constitution
pour l'Europe
(Rapport Corbett,
Inigo Mendez de Vigo)

>
 
ARCHIVES
Un "Oui de Conviction" à la Contitution

C'est avec conviction que je tiens à me prononcer en faveur de la ratification du traité établissant une Constitution pour l'Europe. Cette Constitution représente à mes yeux un texte fondamental pour l'ensemble des citoyens européens qui se verront unis par un même document incluant les valeurs universelles d'humanité et de paix que nous partageons.
Ce traité a valeur de texte fondateur d'une communauté de citoyens dont les liens géographiques et historiques se verront resserrés. Par la ratification de ce traité les états membres poseront une pierre de taille, sinon la clef de voûte, à la construction européenne, processus de longue haleine initié il y a 50 ans par six états européens dont le Luxembourg.
La Constitution européenne permet de réaliser d'importants progrès en termes de simplification et rationalisation des procédures de décision et des instruments d'action. Une clarification non seulement des traités en vigueur, mais également des compétences contribuera sans aucun doute à rendre l'Union européenne plus performante au niveau institutionnel. Ainsi, au vu des difficultés que l'Union européenne a éprouvées par le passé à s'exprimer d'une seule voix au niveau international, faut-il se féliciter de l'institutionnalisation d'un ministre des Affaires étrangères européen. De même la solution retenue pour la composition future de la Commission permettra de garantir sa représentativité, sa collégialité tout autant que son efficacité. J'applaudis encore le fait que l'Union européenne se voit désormais attribuée une personnalité juridique et que la Charte des droits fondamentaux fasse partie intégrante de la Constitution. Cette Charte jette les bases d'une union démocratique d'états de droit, espace de liberté, de respect des droits de l'Homme et de solidarité.
Quant aux pouvoirs législatifs du Parlement européen, ceux-ci se voient renforcés, ce qui représente indéniablement une avancée démocratique. D'un point de vue luxembourgeois je me réjouis du fait que le nombre minimal de représentants est fixé à six ce qui permet une représentation équitable des forces politiques même des plus petits pays. De même il faut saluer le fait que le contrôle des parlements nationaux se trouve renforcé ce qui ne peut que favoriser l'implication des députés nationaux dans le débat européen.
L'Union européenne, initiée à l'origine afin de garantir durablement la paix, la stabilité et la prospérité en Europe conformément à l'esprit de la déclaration Schuman du 9 mai 1950, se doit, au vu de sa puissance économique et de ses 450 millions d'habitants qu'elle réunit, de regarder au-delà de ses frontières et assumer pleinement son rôle d'acteur mondial et se faire le porte-parole des valeurs universelles dans le monde.
La mise en oeuvre de la Constitution lui en donnera les moyens ; aux hommes et aux femmes politiques de les utiliser à bon escient.

Strasbourg, le 11 janvier 2005
Lydie Polfer